mise à jours  en cours   ....

          

               Ntuka  Ba Ntandu

       Tuka muna tuka , besi Kongo bakala kima ki mosi, tuka buna batudila kuna banza Kongo, bau bakizaya kima kimosi, ba gogelengi mpi ndinga mosi : Kikongo. Kansi konso n'lambu bagogelengi kikongo ye zu (go tona) diau.  Mu mvu XVIè s, tata Duarte Lopez u sengumuna n'lambu sambanu muna Kongo : Nsundi, Mpangu, Soyo, Mbata, Mpemba ye Mbamba. N'lambu mio miaukulu mi lemfukelengi ku ntotila mosi, yo uyelengi kuna Mbanza Ntotila, bampulukeso bu batula kuna, bagana yo mbansa zina di San Salvador.
    Tutanga mu kinkulu nde besi kongo bavua n'kulu mosi mama Nzinga, mwana tata Nkuwu ye mama Nimi, uvwa bana batatu : Nsaku (go Vit'a Nimi), Mpanzu a Nimi ye Lukeni lwa Nimi (Nzinga). Bo ba batatu nde n'kulu mi bakongo : "makuku ma tatu matunga Kongo".
Bau bu batunga nsi Kongo, bagambula yo mu n'lambu tatu mi nene : Kongo-dya- Mpangala (ku sudi); Kongo-dya-Mulaza (ku lunene), Kongo-dya-Mpanza (ku mpumbu). Konso n'lambu gu kala ye ma gata mani. Kansi n'lambu mio miakulu mi ntuasama ku ntotila mosi ukala kuna "Zita-dya-nza" go mpi  Mbanza-Kongo (n'lambu gu kati-kati). Mbanza-Kongo disongidila "Mbanza kimvuka" go "Dibundu".
Ye kuna kutudila besi mputulukeso, ntotila udiatisingi nsi ye kiwisa ki kutomisa yo, tanina yo, ye gongisa yo, kadi tumona nde ntangu ka ntangu bafueti nuana mvita.
Bu kitula besi mputulukeso muna Kongo, besi nsi bakala ye nzonzama yi kieleka, besi mputulukeso bayituka bu bamona nde ntotila kongo ukubika luzingu lu luyalu luani ye nzonzama yi kieleka. Kansi ku ntuala mavuanga mayantika mu kukota muna nsi yakulu, Ntotila Nzinga Mbemba (Alfonso 1er, 1506 - 1543) u botama.  Mbotam'ani katuasa ndembama ko. Besi mputulukeso bayantika mu kusumba bantu, kadi n'funu n'sadi, n'guadi, bakala ye mio. Kinkunku kikota muna nsi yakulu. Ye nsadisila yi besi mputulukeso, n'lambu mi n'kaka mi zola gambana ye luyalu lu Mbanza Ntotila. Idina tuka buna kitudila Diego Cao kûlu kuna Kongo (1492), muna malembe-malembe, luzingu lu ba kongo ye nsi Kongo biyantika mu kufwa.  Lukutakanu lu Berlin (mu 1885), i luau lutula mfoko mu mvualangana ye ngambana yi nsi kongo.
Kuna Berlin, kukutana nsi kuni ye ya (14) zi besi mputu, bau bawawana ye babaka lukanu lu kukabana ntoto Africa ye nsi Kongo, ye konda ku zaya ma kieleka ma n'toto gogo, ye konda kuzitisa nkalulu zi besi Kongo. Nsi Kongo bakabula yo mu ndambu tatu, besi France babaka ndambu yi mpumbu (nord), besi mputulukeso, bau bakikadila kuna Angola, babaka ndambu sudi (sud) ye ndambu yi isala (kati kati ye ndambu yi lunene) bagana yo ku tata Léopold II, ntotila u Belgika.
Yani tata Léopold II, mu kuyadisa kimfumu kiani muna ntoto gogo, ubaka lukanu lu kusikidika bantu, muna kati ki nsi. Bakabula n'lambu mi nsi ye luzolo lu kugambula bantu mu kutoma bayala, kutoma balangidila, ye landa  nzingulu zi konso n'lambu idina :
*  baganga makanda  ma mpa bonso "bangala"...
* ba bakulula mazina ma n'lambu mio mikala tuka muna nsi Kongo mu ku ganga makanda  bonso : n'lambu Mbata gu kuma kanda di "Bambata", n'lambu Mpangu gu kuma kanda di "Bampangu", n'lambu Nsundi gu kuma kanda di "Bansundi"...
* ye mpi babakulula mazina ma n'lambu mio mikala muna nsi Kongo, kansi  babakulula kaka mazina mo bagenenge banfinangani, bonso "Bandibu" ye "Bantandu". Dio zina di bandibu bagenengi dio ku bandu bo basingidingi muna n'lambu bansundi, kansi n'tandgu zakulu, mu mbela mvu 1890, ye bonso bu ntangu bayantika ku tunga nzila masinu,  go bantu baba didi kuifu bafuete gana mvutu nde : "ndivu" go "ndibu", mu kusamuna nde "ingeta" go "kieleka". "Bantandu", bau mpi, mu n'lambu "Bampangu"  batambula dio zina ku banfinangani zau.
    Mu kutoma bakisa bo, tutala ma malanda ku nima mvita yi "Ambuila" mu mvu 1665. Kadi ku nima mvita yina, m'vu milanda mikala mi nsobuka zi fuana  muna nsi yakulu ye muna nzingulu zi besi Kongo.
Muna mvu guna, Ntotila Mvita Nkanga ubaka lukanu lu kukutana ye ba mputulukeso ba kala kuna nsi Loango (Angola), muku tendula ye wisana mu diambu di mvualangana zi kota muna nsi. Ba mputulukeso luzolo luau  lukala lu kufula ye yadisa muna nsi Kongo yakulu, kinkita ki bantu. Ntotila uyenda kuna Ambuila ye zi mfumu ye ba nganga bankaka, kansi kuna, bamputulukeso bawisana ye ba Yaka mu kinsueki, bakubika ba mbulu-mbulu ye binuaninu bi mpila mu mpila. Kio kilumbu ki bafuete monana (kilumbu ki 29 octobre 1665) bu kifuana, babuila ntotila Mvita Nkanga, ban'zenga n'tu (banata go kuna Luanda, n'kau ye mpu  kimfumu biyenda kuna Lisbonne). Zi mfumu ye ba nganga bo bakala yani bakulu babakanga kin'gwayi go mpi babagonda. Muna nsi Kongo yakulu mu kota kimpola.
Ntotila zo zi landa kuna Mbanza Ntotila, kaziwisakana diaka ko. Konso n'lambu uzola kukisundisa ye kukiyadisa. Besi mputulukeso mpi batoma sakisa  ye yadisa kinkita ki bantu ye kuna 1851. Mo mvu gogo Mputulukeso utambulula mbanisa yi kinkita ki bantu.
Bantu, ye kititu, bayantika mu kukubama mu  kimvuka, kimvuka ki bantu bawisana bau ye bau, kadi kivuvu kikieleka kisuka. Kulendele zayako keti nani sa  uku yekula ye nani  uku teka... Makanda mampa mayantika. Bantu bayantika mu kukubama mu "tuvila". Bantu bafuana ba yikamenengi ku makanda mo mampa kaka mudiambu bawisana bau ye bau go mpi mudiambu batambuasana bau ye bau. Nzola ye lutondo lukieleka bonso buna lukadila muna makanda lusobele, nzola yi n'luta kaka iyala muna ntangu yina. Ntangu kinkita ki mu mpila mu mpila. Bantu bafuana bakubikidingi minsambu, kadi balendele lunda mio ntangu zi fuana, ye balendele zieta ye mio. Kansi mu n'kanda mio tutenge, kabatutendueleko ma matadila "mbondi" (Kadi "Muntandu" uzola mbondi ye munsambu). Ma kanda mo makubama, mamengi mazietuka, mu kue teka go mpi mu kutina kinkita ki bantu kio kiyadisa kipola mu ntoto Kongo wakulu. Muna nsungi yina mpi mu gangwa gata di "makuta", ku tata Kuvo (mu 1865). Tata Kuvo, ukala munkiti uvuamina mu kinkita ki bantu ye ki nkita ki nlele mi besi mputu. Mvulanga ye ngambana zi bantu ye nzietuka zau zi fula ntangu zakulu zi yala kinkita ki bantu muna nsi Kongo.
    Ma kanda mo bu mazietuka, malanda nzila zi yendelengi  minkiti, nzila zi yenda  ku n'lambu Soyo, ye nzila zi tombuka kuna  Mpumbu, zi luta kuna n'lambu  Nsundi, Mpangu, Kadi kuna n'lambu mina kiwisa ki nsi Kongo kikala ki kieleka, ye mpi kuna bantu balendele vwa lugugamu lukieleka. Kuna bantu bawanana ye lukanu lu Leopold II (lukanu lo tutenduele mu luyantiku). Makanda momo, muna nzieta zau, go gana kati kibau gena muntu kimpumbulu go mpi n'yekudi, befuete kun'teka, bafuete kunkula,  go mpi ban'gene ndongisila mukusa nde kalanda nzila n'kaka. 

    Bantu bo bayenda kinzenza, batambulua mboti mboti, mpasi vo bawisana ye zitisana.            Lelo kiki go tutadidi lukaya lulusonga makanda ye mvila zibesi Kongo, bonso buna luyalu kasonga, tumona nde makanda ma mankaka bonso "Besi-Ngombe" ye mpi "Balemfu", kabena mo ko. Kadi bau kabena ye n'kulu gu zuasana ko ye besi n'lambu guna ye nzingul'uau mpi ka yisuasana ko. Kansi tumona nde "Bantandu" bena muna ye bena mpi ga mbela bampangu, disongidila "Bantandu" bavuidi nzingulu ye nkalulu zi suasana mfinangani zau .  

   Bantandu, bonso makanda ma Kongo, ye mvualanga ye kipola bio bisoba nzonsama zi makanda, kivuvu ki kieleka kikuma kike gana gena bau ye bau. Mu kuta n'lesi u kieleka, bafuete landila luvila tuka muna ntuka Kongo. Tuvila tu bantandu tuna bonso kuna kisina, tuvila tu :
    Ki Nsaku :
Kinsaku, lemba, lunda, kalunda, kinzambi, ndembo, ndingi, ba dia dingi, mbuta, kimbuta, kivunda, kimbunda, mavunda, mpunda, mbata, kimbata, mukukulu, nkukulu, nkokolo, nkala, kinkala, mukala, kabemba, mbemba, kimbemba, mpemba, kimpemba, mvembe, kimvemba, mbuila, kimbuila, lawu, malawu, mankunku, nkunku, nsongo, kimanga, mbika, kimbuka, kimvika, mavika, nsengele, kisengele, kiuvu, kinsumbu, mpila, kimpila, kingidi, kividi, mayidi, ngidi, nzidi, nsivuila, kuimba, kikuimba, kikuiti, sangila, lusangila, matsanga, nsenga, nsanga, nsangi, ngimbi, kingimbi, yimbu, ndinga kindinga, ngandu, masaka, masaki, nkamba, kikamba, lemfu, kilemfu, ngemba, kingemba, yongo, kiyongo, zongo, kizongo, vuzi, kivuzi, kinsembo, mansembo, nsembo, musemo, kimfuti, makaba, nsimba, nsimbu, nsungu, nsongi, kinsongi, ntumba, kintumba, kiowa, kikiowa, miala, kimiala, nkuwu, etc ...
    Ki Mpanzu :
Mpanzu, kimpanzu, muanza, kimuanza, mfutila, kimfutila, ndamba, kindamba, nlamba, mbongo, kimbongo, kinuani, kilombi, ngoma, kingoma, ngombe, kingombe, lombe, kilombe,nsundi, kinsundi, kifuma, vonga, luvongo, mbongo, kimbongo, nkumbu, nkumba, kinkumba, mfulama, kimfulama, mbembe, kimbimi, mbimbi, ngoma, kingoma, mbuma, kumbuma, mbumba, mukuzu, kinkuzu, mpondi, kimpudi, mpolo, lumbu, kilumbu, lulombe, ndombe, mvudi, ,golo, ngola, mpakasa, kimbaku, kimpaka, mboma, mavuku, kimpondo, ndongo, kindongo, kinsamba, nseke nzila, lumba, malumba, nkenzi, kinkenzi, masunda, kinkosi, kinsuka, nsuka, nsuka za kongo, nsakila, wembo, kiwembo, mfutila na wembo etc ...

    Ki Nzinga :
mbamba, kimbamba, kihangala, kiluamba, kimbala, kimbambi, mbambi, kinzambi, nanga, kinanga, kananga, mayamba, mazamba, mpal'a nzinga, muabi, zambi, kiyangu, kianza, kikiangala, mandiangu, nianga, manianga, mbangala, mpangala, nsanzala, mbanda, kimbanda, kibanda, kiyandu, mbandu, lunga, mandungu, malunga, ndunga, nkunga, kiyinda, makondo, nkondo, mikondo, mbenza, ngongo, nsinzi, nsindi, ngundu,ngunu, kingunu, kingundu, lukeni, nkenge, kinkenge, kenge, mafuta, etc ...
    Ma zina ma tuvila, lelo kiki mena mpi mazina ma bantu (bonso : Nanga, Mvwemba, Mandiangu, Kisengele, Ntumba...), mazina ma magata (bonso :  Mayidi, Ndembo, Mbanza-Mboma, Lunga, Kinanga, Yongo...), mazina ma n'koko (bonso : Nianga...)
 
"Muntandu mundedi"

    Bu kitula besi belgica, "bantandu"  kaba lembisa meso ko, bau bakisonga, basonga nsalulu zau muna kinkita ye kisalu ki maya. Mundele umona nde "muntandu" unkwa nzonzama ye mbakusulu zi kieleka. Mfinangana ye Leopoldville, nzila masinu ye nzila ntomabilu, biyika ku bantandu binsunsa bikukala kuna Léopoldville ye vutuka kuna n'lambu gata ye mpasi nkatu. Lutondo lu basonga ku mindele  lu bakumisa n'kongo mintete. Sa tumona kuntuala nde bantandu bena bantu bantete muna Congo (Congo Belge), batambula mazaya.
Idina bakuma ntoko ye bakibokilwa :  "mindedi, muntandu mundedi". Kala buna, bantandu batadidingi mindele ye nketama, sungula luyalu lu mindedi bu luyalangenengi ye bu kikota kisalu ki kunata bizitu (bipoyi) ye kimbefo ki manimba.
    Nsungi yina mpi ikala ntangu batungidingi nzila masinu yi Matadi - Stanley-Pool (Léopoldville). Kisalu kiokio, kikala ki ngolo ye ki mpasi, bantu bayenda mu kusala kio, babankaka bababaka mu ngolo, babankaka bayenda mu luzolo luau.  Babengi bayenda mu kisalu kio ye basoba ma gata ma kuzingila, babankaka balemuka ma gata mau mu kutina kisalu kio.Kisalu ki kunata bipoyi (bi matadi) ye kisalu ki kutima  ye tunga nzila masinu.  Kimbefo ki manimba mpi kiyisi bawana muna nzila masinu. Ku n'lambu bantandu bantu babengi bafwa (70%), makanda mamengi masuka. bampelo (jésuites), bubatula kuna, bawana bantu bakonda lusalusu. (Kuna n'lambu mi Kisantu bampelo bayantika mavula mu mvu 1893).
Ye lukanu lu Bula-matadi, bampelo banuana mvita ye maladi momo.
Ku nima babaka lukanu (ye nzo nkanda i mazaya yi Louvain kuna Belgika) lu kutunga kuna Kisantu (kuna Nkandu) lupitalu ye nzo n'kanda (FOMULAC)mu 1926( ku tata Fernand Malengreau (1880-1958). Kuna balonga kinganga-buka ku besi nsi, mu kunuana ye maladi. Tata Martin Nguete  ye tata J. Nkondi (tala photo) bakala nganga- buka zi ntete zi tuka kuna.
Ku nima, gana mbela Fomulac, batunga CADULAC (mu 1933)(tala photo), nzo n'kanda yi ba "agronomes", mu diambu di kulonga mazaya ma kutuila n'ti ye nsungama zi kukuna mio, ye mu kutomisa nzingulu zi besi nsi. Baba longokelengi kuna Cadilac kabakala ye kiketa kikutesa kisalu kiau ko, kadi tuka muna mvu 1900, Fr. Gillet usala masamba ma Kisantu, ntete kuna mbela Kikonga, gana  Nianga, kuna nima kuna mbela nzadi Inkisi.. Ka ntama zifuana ko batunga diaka nzo n'kanda mu diambu di makalaka (mu 1937).
Nzo zi n'kanda zo bavukazo mu 1947 mu kukuma nzo n'kanda yi mazaya i nene yi Lovanium. Iyau inatuka kuna Léo, kuna Kimwenza mu 1953. Muna luzolo luna lu kugongisa nzo n'kanda i mazaya i nene, batunga  nzo n'kanda Mbanza-Mboma (ye kuna n'lambu mi n'kaka : Uele, Lulua et Kwilu).
Kuna Kisantu ye muna mavula, mu tungama zi nzo zin'kala mu diambu di kusonga kutanga ku bana ba bazolele. Nzo n'kanda yi seminedi yi Lemfu mu mvu 1922, yi yi seminedi di Mayidi mu 1933. Kuna mayidi balonga bantu bonso balongokilanga muna zi nzo zi n'kanda zi nene ye bakubika mpi n'longoki miau ku kisalu ki kinganga ki N'zambi.
Tuka mvu 1901, kuna kiniemono ki Kisantu, batukisa tukaya (zulunadi) tu "Ntetembo'eto". Mo tukaya toto, batanga nsangu zi malongi ma Nzambi ye maluzingu, ye mpi nsangu zi mambu maluta mu n'lambu mi n'kaka mi nsi.
    Tuka buna, kuna nsi bantandu, ku tombuka malembe-malembe bimvuka bi bantu, ntu mi tangu, mu kuzonzila kanda di besi Kongo. Gana ga kala bimvuka bi bantu tumona :
Assomuba : (Kimvuka ki lutondo lu matoko ma Bantandu), tata A. Luseko ukala ntu ye tata P. Ntoya (kalaka).
- AJMK   : (Kimvuka matoko ma Madimba, ku n'lambu Kimuisi)
-   Lamugeba  : (Bantandu ba n'lambu Ngeba)
-   Amis - Ngufu  : (Banduku ba n'lambu Ngufu)
Kelele    : (matoko ma Ngufu - Madimba - Kinzambi - Kinfunda - Ladi)
-   Aujengi   : (Kimvuka ki matoko ma Ngidinga)
- Uphilbafuma  :  (Kimvuka ki lutondo lu bantandu ba n'lambu Nfuma ku Léopoldville di lumonso)
Renaibako   :  (mbutuka mpa (go ntumbwama) yi besi bas-Kongo)
-   Kimvuka ki matoko ma Lukunga  : (n'lambu Mfuma)
-   Frakosoba   : (kuna Madimba)
-   Neobako      : (kuna Madimba)
    Bimvuka bio biakulu bikala ye luzolo lumosi :  ntete kuvutula kivuvu ye lutondo lukieleka gana gena makanda ma bantandu (tu muene mu luyantiku nde bantandu kabasala diaka ye kivuvu, ye lutondo lukieleka ko gana gena bau ye bau tuka buna bukota mvualangana  muna Kongo ye kinkita ki bantu) ye tombula kimuntu ki bantandu ye bakongo.
Gana  gena bimvuka bio, kimvuka kimosi kikala ye mavuku- vuku, Renaibako, kimvuka ki bantandu kuna Léopoldville ye kuna n'lambu Madimba-Kisantu. Nsalulu ye luzolo lu kimvuka kiokio bifuanana ye nzola zi "ABAKO."
"Renabako" di gangama ku tata J. Mavuela mu 1944-45, kuna Kisantu tata J. Nsola ukala ntu. Tata Simoni Nzeza nde yu usimba kesi mbongo. Bu lendakana nde tata Edmond Nzeza N'landu, ku bantu ba Renaibako kabakila mabansa ma kutukisa ABAKO (Kimvuka ki bakongo) mu 1947. Bu kituka Abako, bantu babengi bakala mu kimvuka ki Renaibako , bonso tata J. N'sola, basisa kimvuka kiau mu kukota mu ABAKO. Renaibako difwa mu 1950.

     Mu ntete ABAKO digangama, bimvuka binkaka bikubama mu kunuanina ye gogila besi Kongo. Ku "Bantandu", tumona kimvuka kio kituasama ku tata Simoni MPadi. Muna luyantiku, bau bamonika bonso bilandi bi tata Simoni Kimbangu. Kimvuka kio kaba sueka tukanu tu kubedisa ba mindele ko. Idina, Bula-Matadi umona "muntandu", bonso nkua lulendo ye ukonda luzitu lu muntu mundele. Kimvuka kio kikuma Dibundu ye kitoma yala kuna n'lambu Ngufu, Lukunga, Nsele ye kuna n'lambu Kasangulu.

 Go tukatuele dibundu dio di na Mpadi, tumona nde kuna Ndembo Kivuanza (secteur di Ngufu), ku butuka tata Gonda, luvila lu Mbamba Kalunga, mu kilumbu ki 03 marsi 1929. Yani ukala ngunza ye uganga dibundu di Mpeve ya Nlongo (E.C.U.S.E.), digangama mu mvu 1950 kansi di tondama ku luyalu mu mvu 1989. Mu luyantiku yani mpi utendula nsalulu zi mbi zi ba mindele, idina ka katukila mu nzo n'kanda. Kalonga malongi ma Biblia kaka ko, ulonga mpi ntomosono yi luzingu lu bantu ye babuka mbefo muna bumpeve ye kingunsa. Dibundu diani ye lelo kiki dizola difula kisalu kina mu kutombula ye tomisa nzingulu zi bantu, muna ONGD diau. Batunga zi nzo zi n'kanda ye bisalu binkaka (bonso maya ye kutuila bituisi) mu kukatula bantu ku bu mputu.

 M. Nguete, P. Mushiete, R.P. Sukala, R.P. H. Matota, J.Nkondi, Th. Kanza,  étudiants en Belgique .

 FOMULAC  (en 1933) (Fond Médical de l'Université de Louvain au Congo) .

 FOMULAC (en 2008, actuel   Grand CMS)

 CADULAC (en 1933)

(Centre Agronomique de l'Université de Louvain au Congo), pour la formation d'agronomes, puis d'assistants agricoles. Il offrait une spécialisation en cultures maraîchères et fruitières.

 CADULAC  (en 2008) Petit CMS, actuellement habitat des professeurs du Grand CMS .

    

(Cartes de la densité et de la localisation des populations).  (source : grandslacs.net).


( Les routes principales et secondaires au Royaume Kongo-dia-Ntotila ). (selon la tradition orale). (source : publibook.com)


 
           Origines  Ntandu 


    Pendant très longtemps, on n'a établi aucune distinction entre les différentes "tribus" du Royaume  Kongo. On parlait d'un seul et même peuple, le peuple Kongo, appartenant à un seul Royaume, bien que divisé en plusieures provinces, dont le nombre variait selon les époques, entre 6 et 15 provinces, des tailles différentes.(Au XVIè siècle, Duarte Lopez en indetifia 6 : Nsundi, Mpangu, Soyo, Mbata, Mpemba, Mbamba). Pour le reste, il s'agit des territoires périphériques, faiblement liés au pouvoir central, opposés les uns aux autres et en état de dissidence quasi permanente. A aucune époque, le roi du Royaume Kongo n'eut les moyens de mener jusqu'à son terme l'oeuvre de rassemblement de toutes les terres et de centralisation absolue du pouvoir. Cette situation ne fait pas exception; toutes les grandes formations étatiques de l'histoire africaine ont subi les mêmes difficultés.
    La tradition et les mythes des origines nous apprennent que le peuple "Kongo", "les Ne-Kongo" auraient un ancêtre commun  "mama Nzinga", fille de Nkuwu et épouse de Nimi. c'est de leur trois enfants  : Vit'a Nimi (Nsaku), Mpanzu a Nimi et Lukeni lwa Nimi (Nzinga) que descendraient les Ne-Kongo. Ils appartenaient à une même communauté linguistique : le "kikongo", bien que chaque sous groupe pratiquait sa version dialectale sans éprouver le besoin de traduction, la différence n'étant qu'une question de ton, de variation des mots ou même de prononciation.
    C'est au XIXè siècle, avec l'apparition de la science anthropologique que le mot "ethnie" a été introduit dans les théories modernes d' études des peuples. On ne parle plus de race,  de peuple ni de nation, mais de "ethnie" ou "tribu" comme groupe humain ayant une langue, des coutumes, des codes, des valeurs, un nom ou un ascendant communs ou, ayant seulement la conscience d'appartenir à un même groupe, vivant dans la même région ou se déplaçant ensemble, et ayant la même organisation, les mêmes croyances religieuses.
    Après la conférence de Berlin (en 1885), quand les frontières du Congo actuel ont été tracées sans tenir compte des réalités socio-politiques précoloniales, que le Roi Léoplod II (de Belgique) organisa une administration dans le but non seulement de sédentariser les peuples à l'intérieure des frontières fixées (par la conférence) mais aussi de les regrouper selon les catégories qu'il jugeait communes afin de mieux les controler.
Ainsi, on a créé des entités homogènes soit en :
    * créant des nouvelles ethnies comme l'ethnie "Bangala..."
    * transposant  le nom des provinces précoloniales : comme la province Mbata qui s'identifie à l'ethnie "Bambata", la province Mpangu à l'ethnie "Bampangu",  la province Nsundi à l'ethnie "Bansundi"...
    * se référant à des typonymes précoloniaux mais tout en n'étant employés que par leurs voisins, c'est le cas de "Bandibu" et de "Bantandu". Dans les années 1890, le surnom :"Bandibu" fut donné au peuple de la region "Nsundi" qui répétait souvent "ndibu", "ndivu" pour dire "n'est-ce pas?" ou "c'est vrai?"  Et "Bantandu",  "besi ntandu" (ceux d'en haut, ou amont) à ceux qui se sont établis dans le nord de "Mpangu".
    Il faut rémonter à la bataille d'Ambuila (1665),   pour bien comprendre les mouvements des populations de l'intérieur du royaume.
En effet, après l'intrusion des portugais usant manipulations et manoeuvres perfides et sordides, même la conversion au christianisme du roi Nzinga Mbemba (Alfonso Ier 1506-1543)  entraina heurs et malheurs dans tout le royaume. Après sa mort, le royaume va évoluer, jusqu'en 1641, vers l'instabilité permanente créée par l'obstination portugaise dans la logique esclavagiste. En 1641, le roi Gracia II (1641-1661) tente de restaurer l'autorité du pouvoir central. Mais miné par toutes sortes d'intrigues, le royaume ira décadent avec l'apparition de foyers de dissidence, des complots et de trahison. Son successeur le roi Antonio 1er (1661-1665) tentera à son tour de réunir et restaurer l'unité du royaume, cependant à la rencontre d'Ambuila, il sera capturé et décaputé, toute sa délégation sera fait prisonier ou esclave. Les envahisseurs portugais et le Jagga vont cemé un climat de terreur et de guerre civile dans tout le Royaume. Il en résultera l'effondrement total du royaume. La résistrence conduite par Kimpa Vita, en vue de restaurer le royaume n'y fera rien. Le Kongo continua d'exister, ou tout au moins formmellemnt, durant deux siècles, jusqu'à ce que sa division définitive soit décidée entre le Portugal, le roi de Belgique et la France lors de la Conférence de Berlin (1884-1885).
      Les  siècles qui ont suivi la bataille d'Ambuila furent marqués par des grands bouleversements tant sociaux, politiques qu'économiques. Minés par toutes sortes d'intrigues, des complots et trahisons, chaque province cherchait son autonomie d'un côté et de l'autre, les portugais continuaient leur horrible commerce des êtres humains dont il a fallu attendre 1851 pour que le Portugal admette officielement sa fin (En Afrique subéquatoriale).
Et, contrairement au commerce d'esclaves qui était sous l'autorité de l'Etat, un nouveau système économique se dévéloppait, une nouvelle strucure sociale va se former avec des regrouppements humains, unis non pas au nom d'une allégeance princière mais pour des raisons purement économiques, et de survie. La traite a totalement changé la mentalité des populations, les gens ne se confient pas, personne ne compte sur l'aide de son voisin. L'époque de la naissance des reseaux familiaux. Les familles et les "tuvila" sont dévéloppés. Les gens prétendant d'un même ancêtre, du même lignage se regroupent en famille, y ajoutant parfois un fondement lignager fictif. Tout pour échapper aux razzias esclavagistes et se protéger ou assurer la protection de ses acquits économiques et culturels, le"kinkulu". On assiste à un vrai morcellement de la structure social, qui va se poursuivre tant que persiste une royauté symbolique et tant que se développent le commerce et la possession des esclaves. Car même le clergé s'y engange à posséder et à vendre des esclaves. C'est aussi la grande époque de "munsambu", le poisson salé et séché (cher aux bantandu), car il se concerve facilement et longtemps, facile à emporter (le poisson salé et séché s'avère le pricipal nourriture emporté pendant la migration). A la même époque est née la ville de Makuta, fondée par un certain Kuvo, (en 1865) qui avait fait fortune dans l'esclavage et le commerce de  tissus européens. Ce qui inspirera certainement le gouvernement de Kinshasa, quand il donna le nom de "makutu" à sa monnaie.
    Ces familles nouvellement formées vont migrer vers l'arrière pays, elles vont suivre les tracés des routes commerciales (voir la carte à côté) en direction du Nord et de l'Est, vers les régions de Soyo, de Nsundi, de Mpangu jusqu'a Mpumbu, où le Royaume Kongo avait une influence beaucoup plus forte. Ces mouvements vont durer jusqu'à la fixation définitive de la population par l'établissement des frontières décidé à Berlin. Il faut noter que certaines familles, pendant ces migrations, se séparaient des individus qu'elles  jugeaient peu crédibles ou capables de trahir l'intégrité de la famille, soit en les vendant à d'autres tribus, soit en les incitant à prendre d'autre direction.
    Une nouvelle société est née, formée des authoctones et de la population qui arrive du centre du royaume. Van Wing constate que les chefferies (dans le Nord de "Bampangu", chez les "Bantandu") étaient d'une création artificielle, des clans indépendants les uns les autres, sans hiérarchie affirmée, ni solidarité clanique profonde.
Dans la carte ethnique établie après la conférence de Berlin (voir le tableau à côté), certaines ethnies comme les "Besi-Ngombe", les "Balemfu" n'y sont pas indiquées, avec comme argument qu'aucun ancêtre commun ne peut leur être assigné et qu'ils n'ont pas d'identité culturelle qui les distingue de la population environnante.
C'est qui nous laisse penser que les "bantandu", qui se sont établis dans la région nord de "Mpangu" devraient avoir une indentité culturelle qui les distinguent de leur vosins.
Cependant, aucune frontière ne les séparent, que la détermination identitaire.
    Les clans que l'on trouve chez les "bantandu",  remontent des origines de Mbanza Kongo. Ils puisent leur fondement dans le mythe fondateur du royaume kongo dont on distingue trois grand groupes de matrilignages (ki Nsaku, ki Mpanzu, ki Nzinga). Les tensions politiques et économiques, les fragmentations et les essemages qu'ont connu les Ne-Kongo ont fait que les  clans "ntandu" (comme les autres peuples) se sont errigés en entités autonomes dont les membres sont groupés à la fois de façon réelle, parce qu'ils ont un réel ancêtre commun et de façon fictive parce que certaines personnes (comme des esclaves) s'y sont ajoutés. Il faut remonter au XVIIè S pour trouver une réelle hiérarchie clanique. Voici quelques uns :
    Les clans (et sous clans) de Nsaku : (Nsaku, le prophète, le médiateur spirituel que politique, prêtre) :
Kinsaku, lemba, lunda, kalunda, kinzambi, ndembo, ndingi, ba dia dingi, mbuta, kimbuta, kivunda, kimbunda, mavunda, mpunda, mbata, kimbata, mukukulu, nkukulu, nkokolo, nkala, kinkala, mukala, kabemba, mbemba, kimbemba, mpemba, kimpemba, mvembe, kimvemba, mbuila, kimbuila, lawu, malawu, mankunku, nkunku, nsongo, kimanga, mbika, kimbuka, kimvika, mavika, nsengele, kisengele, kiuvu, kinsumbu, mpila, kimpila, kingidi, kividi, mayidi, ngidi, nzidi, nsivuila, kuimba, kikuimba, kikuiti, sangila, lusangila, matsanga, nsenga, nsanga, nsangi, ngimbi, kingimbi, yimbu, ndinga kindinga, ngandu, masaka, masaki, nkamba, kikamba, lemfu, kilemfu, ngemba, kingemba, yongo, kiyongo, zongo, kizongo, vuzi, kivuzi, kinsembo, mansembo, nsembo, musemo, kimfuti, makaba, nsimba, nsimbu, nsungu, nsongi, kinsongi, ntumba, kintumba, kiowa, kikiowa, miala, kimiala, nkuwu, etc ...
    Les clans (et sous clans) de Mpanzu : (Mpanzu, habile et excellent agriculteur, mineur, il incarne l'intelligence divine) :
Mpanzu, kimpanzu, muanza, kimuanza, mfutila, kimfutila, ndamba, kindamba, nlamba, mbongo, kimbongo, kinuani, kilombi, ngoma, kingoma, ngombe, kingombe, lombe, kilombe,nsundi, kinsundi, kifuma, vonga, luvongo, mbongo, kimbongo, nkumbu, nkumba, kinkumba, mfulama, kimfulama, mbembe, kimbimi, mbimbi, ngoma, kingoma, mbuma, kumbuma, mbumba, mukuzu, kinkuzu, mpondi, kimpudi, mpolo, lumbu, kilumbu, lulombe, ndombe, mvudi, ,golo, ngola, mpakasa, kimbaku, kimpaka, mboma, mavuku, kimpondo, ndongo, kindongo, kinsamba, nseke nzila, lumba, malumba, nkenzi, kinkenzi, masunda, kinkosi, kinsuka, nsuka, nsuka za kongo, nsakila, wembo, kiwembo, mfutila na wembo etc ...
    Les clans (et sous clans) de Nzinga (Lukeni) : (Nzinga, homme politique, excellent éducateur) :
mbamba, kimbamba, kihangala, kiluamba, kimbala, kimbambi, mbambi, kinzambi, nanga, kinanga, kananga, mayamba, mazamba, mpal'a nzinga, muabi, zambi, kiyangu, kianza, kikiangala, mandiangu, nianga, manianga, mbangala, mpangala, nsanzala, mbanda, kimbanda, kibanda, kiyandu, mbandu, lunga, mandungu, malunga, ndunga, nkunga, kiyinda, makondo, nkondo, mikondo, mbenza, ngongo, nsinzi, nsindi, ngundu,ngunu, kingunu, kingundu, lukeni, nkenge, kinkenge, kenge, mafuta, etc ...
    Ces noms sont devenus aussi bien des noms des personnes : (ex : Nanga, Mvwemba, Mandiangu, Kisengele, Ntumba, ...); des noms  des noms des villages ( ex : Mayidi, Ndembo, Mbanza-Mboma, Lunga, Kinanga, Yongo...)  que des noms de rivières (ex : nianga...)


"Muntandu est un blanc : muntandu mundedi"

          Les "Bantandu" se sont révélés avant-gardistes, lors de l'arrivée des colons belges, ils se sont attachés très tôt à multiplier des contacts avec leur société (belge) et se révéleront d'une réelle capacité commerciale et agricole, un peuple ouvert, structuré et mobile. Une fois entré dans les circuits économiques européens grâce au chemin de fer de Matadi - Léopoldville, à la route et aux débouchés offerts par Léopoldville, Ils acquièrent la réputation d'être parmi les Ne-Kongo les plus ouverts aux influences étrangères. La proximité de la capitale et les facilités de communication leur permirent de demeurer en étroit contact avec leur milieu d'origine et d'y exercer une influence considérable. Cette ouverture "d'esprit" va faire d'eux les Ne-kongo les plus acculturés par rapport à leurs voisins, Ils ont fourni un nombre important d'intellectuels, d'assistants médicaux... Ce qui a fait leur fierté, se sachant plus proche de l'homme blanc et se surnomerons "blancs" : "muntandu est un blanc", "muntandu mundedi", ce qui n'empechera pas de considérér les colonisateurs belges avec une méfiance croissante à mésure que s'implantait le système colonial et que s'étendaient les ravages causés par la maladie du sommeil et par les mesures coercitives de la période 1890-1905.
    Cette époque (de 1890 - 1897) est marquée par  la construction du chemin de fer Matadi - Stanley-Pool où se développa l'actuelle Kinshasa. Les travaux de cette structure ont nécessité l'engagement de gré ou de force des milliers de travailleurs pour le portage ou la construction.  Plusieurs personnes sont deplacées et d'autres  décimés par les maladies.
En effet, à partir de 1898, tout le bas-congo est ravagé par la maladie du sommeil et la petite vérole. Plus de 70% de la population "ntandu" aurait disparue ( dans la région de Kisantu-Madimba) provoquant l'effondrement des structures coutumières et de l'organisation politique, même locale. Des villages entiers ont disparus. C'est une population en voie d'anéantissement que les missionnaires jésuites auraient rencontré à l'époque dans la région( la première mission des jésuites date de 1893). les jésuites, avec l'aide du gouvernement (bula matadi) ont lutté avec succès contre cette calamité jusqu'à son éradication.
Les habitants de la région leur en furent reconnaissants en se convertissant au catholicisme en masse...
Ainsi ils bénéficièrent des services médicaux et scolaires qui étaient fournis par les missionnaires. Un Centre médical pour la formation d'infirmiers  et assistants médicaux autocthones, pour lutter contre la trypanosomiase (FOMULAC : Fondation Médicale de l'Université de Louvain au Congo) sera créé à Kisantu (à Nkandu), avec l'initiative de l'Université Catholique de Louvain (en 1926), par Fernand Malengreau (1880-1958).  Mr Martin Nguete et J. Nkondi (voir photo à gauche) furent les premiers  assistants médecins sortis de cette université en 1956. Puis suivra l'ouverture d'une école d'assistants agricoles, CADULAC (en 1933) pour "améliorer par l'enseignement agricol et l'exploitation rationnel de la terre et de l'élevage, la situation physique, sociale et morale des populations". Les élèves de Cadulac n'avaient pas du mal pour faire des expériences tant qu'il y avait un jardin botanique initié par le frère Gillet en 1900, d'abord sur les rives de la Nianga, puis sur le bord de la rivière Inkisi.   En 1937, est ouverte l'école des sciences commerciales et administratives. Ces trois écoles fusionnent en 1947 pour former le Centre Universitaire Congolais Lovanium dont l'enseignement fut technique supérieur. c'est ce Centre qui sera transferé à Kinshasa, à Kimwenza en 1953. Lovanium deviendra la première université catholique interraciale d'Afrique. La volonté d'ouvrir une véritable université entraina (en 1947) la décision de construire le collège de Mbanza-Mboma (ailleurs aussi : Uele, Lulua et Kwilu), école sécondaire latine pour africains, dont les finalistes devraient accéder à l'enseignement supsérieur.
    Depuis 1920 se développait déjà à Kisantu et dans les missions, un enseignement catholique. Le stade primaire était largement dépassé puisque des écoles sécondaires de rénom sont vite ouvertes comme le petit séminaire de Lemfu en 1922; le grand séminaire de Mayidi en 1933, qui dispense un enseignement universitaire tout en préparant ses étudiants au sacerdoce. Depuis
 1901, apparaissait à kisantu, un mensuel, "Ntetembo'Eto", qui publiait des articles de formation religieuse et pédagogique, ainsi que des nouvelles locales et événements extérieures à la région.
    Ce développement de l'enseignement supérieur catholique à Kisantu à partir de 1925 renforça l'influence des missions dans toute la région. les jésuites adoptèrent le "kintandu" (aussi par soucis d'unifier la langue kikongo) pour évangéliser  les populations de la mission  de  Kwango (Bas-Congo -  Kwango -  Kwilu - Kasaï), et pour instruire les enfants dans les écoles.
Petit à petit se développaient des groupes d'intellectuels laïcs catholiques qui influenceront beaucoup les mouvements de résistence qui débouchèrent à l'indépendance du congo. Quelques associations se sont ulustrées :
   
Assomuba  : Association de secours mutuel de la jeunesse Bantandu , présidée par A. Luseko, et P. Toya (secrétaire général)
AJMK          : Ass. de la jeunesse Madimbadienne du secteur Kimuisi
Lamugeba    : Bantandu du secteur de Ngeba
Amis-Ngufu : Amis distingués du secteur de la Ngufu
Kelele           :  Jeunesse Ngufu-Madimba-Kinzambi-Kinfunda-Ladi
Aujengi         : Association de la jeunesse Ngidingienne
Uphilbafuma : Union Philanthropique des Bantandu de Nfuma de Léopoldville-Oeust
Renaibako    :  Renaissance du Bas-Kongo
Jeunesse Lukunga : (secteur de mfuma)
Frakosoba             : (Madimba)
-   Neobako              : (Madimba)
          Ces associations avaient pour but : de lutter contre la méfiance inter-clanique héritée de l'époque de "ntuka kongo"; de créer un liens de solidarité clanique famlilliale et susciter la conscience d'une identité "ntandu" et kongo.
De toutes, une seule était très influente, la Renaissance du Bas-Kongo (Renaibako) qui était une association regroupant les "Bantandu" de Léopoldville et ceux de la province (secteur de Madimba-Kisantu), dont les objectifs seront plus tard les mêmes que "Abako" : défendre et développer la culture kongo. "Renaibako" fut fondé par J. Mavuela (en 1944-1945), présidée dans le secteur de Kisantu par J. Nsola. Simon Nzeza comme trésorier. Il est probable qu'Edmond Nzeza-Nlandu  (muntandu et ancien élève des Jésuites à Kisantu) s'inspira de la Renaibako pour fonder ABAKO (Association des Bakongo), premier parti politique confirmée. Association qu'integreront J. Nsola et Simon Nzeza en 1947.  Les activités de la Renaibako cesseront en 1950 et plusieurs de ses membres integreront l'Abako.
          Bien avant la fondation de "ABAKO", d'autres  mouvements d'auto déterminations ont vus le jour chez les "Bantandu", le mpadisme (1939-1946) ou le Kakisme ou la mission des noirs (fondé par Simon Mpadi en 1939) qui n'était autre qu'un mouvement syncrétiste religieux qui dans le contexte d'une liberté d'expression inexistante avait pris un tour politique. Le mpadisme n'avait pas dissimulé  son réfus de l'homme blanc, ses tendances anti-coloniales ont permis à quelques administrateurs colonialistes de considérer les "bantandu", comme des nationalistes xénophobes. La mission des noirs (mpadisme) connaitra un succès considérable dans le secteur de Ngufu, entre la Lukunga et Nsélé et, aux environs de Kasangulu.

      Outre le Mpadisme, il faut signaler aussi le Gondisme bien que son enseignement nationalisme n'a jamais été aussi percuttant que celui de mpadisme. Papa Gonda Wasilua Wangitukulu est né dans le village de Ndembo Kivuanza, secteur de Ngufu, du clan Mbamba Kalunga. Il n'a pas manqué de subir l'influence du Kimbanguisme pendant ses études chez les salutistes de Kasangulu (études primaires). Lui aussi, dans ses début il a dénoncé la marginalisation de l'homme noir par le religieux blanc, dans une prière au cours d'une assemblée. Ce qui lui a vallu l'exclusion de l'école et peut le fondement de son messiasme "le ngunzisme". Son mouvement devenu Eglise dite "Mpeve ya Nlongo" (Eglise du Saint-Esprit) E.C.U.S.E. en 1950 mais officiellement reconnu en 1989.

 

Hôpital indigène de Kisantu (Hôpital-école FOMULAC)

Il comptait trois services, médical, chirurgical et obstétrique. En 1938, une "maternité village" vint les compléter. Le service infirmier fut confié aux Soeurs de la Charité de Namur en 1927. Leur maison religieuse existe encore aujourd'hui sur le terrain de l'hôpital.

 Hôpital Indigène de Kisantu, aujourd'hui : Hopital Saint Luc de Kisantu.  (2008)

 


 Sources :
*  B.Verhaegen, L'Abako et l'indépendance du Congo Belge / Dix ans de nationalisme (1950-1960).
*  Publibook.com.
*  Société des histoririens du Congo Brazzaville "Kongo".
*  Uclouvain.be
*  Wikipedia
*  grandslacs.net

 


  

Elèves Infirmier de FOMULAC



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------